L'Atari 2600 a 30 ans

Publié le par Onigiri

Atari-2600-wood.jpgPendant que les Nintendo, Sony et autres Microsoft se tirent violemment la bourre pour savoir qui a la plus grosse, Les papys du jeu vidéo contemplent ce triste spectacle étouffé par l'argent du fond de leur rocking chair, dans un placard où ils n'ont jamais vraiment voulu être, se nourrissant principalement de poussière et d'humidité, pour ceux qui sont encore en vie. Parmi eux, l'Atari 2600, qui fut commercialisée en octobre 1977, et qui fut la première véritable console de salon d'Atari telle qu'on les connaît aujourd'hui, sortie après Pong, qui a rencontré un succès mitigé dans les salons après avoir cartonné dans les bars.

Créée originellement sous le nom d'Atari VCS, pour Video Computer System, la console démarre tout doucement, à cause d'une commercialisation très limitée dans un premier temps. Il s'agit à l'époque de la deuxième console d'Atari après la Pong, et de la deuxième console à utiliser un système de cartouche (la première étant la Channel F du constructeur Fairchild). Elle n'est arrivé que plus tard en France, en 1980. Il est intéressant de noter que la console a été un des plus gros succès du jeu vidéo à l'époque, et que la console s'est vendue à plus de 40 millions d'exemplaires dans le monde.

Pac-Man-Atari-2600.jpgQuestion matos, voici quelques chiffres qui font rêver : un processeur MOS 6507 cadencé à 1,19 Mhz, une résolution de 160x192 et une palette de 128 couleurs, deux canaux audio en mono, 128 octets de mémoire vive et des cartouches de jeu de 4 Ko. Cette machine de guerre a accueilli des légendes du jeu vidéo comme Pitfall, Space Invaders, Donkey Kong (édité sur la console par Coleco, et non Nintendo), E.T. ou encore Breakout. Elle fait partie des consoles ayant connu la plus grande longévité de l'histoire, commercialisée dans le monde de 1977 à 1991, soit pendant 14 ans. Aujourd'hui encore, des développeurs nostalgiques continuent d'utiliser la console et de créer des petits programmes dessus, 30 ans après sa sortie sur le marché.

Publié dans Culture

Commenter cet article