The Pipettes : back to the 60's

Publié le par Onigiri

the-pipettes-we-are-the-pipettes.jpgL'ami David m'a fait une remarque très pertinente : je ne parle pas assez de musique sur mon blog. Et c'est complètement vrai.  C'est peut-être parce que je suis beaucoup moins à  l'aise quand il s'agit de parler de musique que de jeux, ma connaissance dans le domaine étant somme toute assez limitée. Mais d'une autre côté, cette remarque tombe plutôt bien, puisque j'avais à vous en parler, de musique. Et oui, le hasard fait vachement bien les choses.

Donc, comme j'ai un ordinateur portable depuis peu, je l'ai trimballé à droite et à gauche dans l'espoir de récupérer quelques anomalies musicales que je ne connaissais pas encore. Et l'ami Pipo, parmi quelques découvertes bien fraîches qui feront certainement l'objet d'autres billets ici-même, m'a fait écouter les Pipettes. Avec un nom pareil, il n'y avait décidément que Pipo pour écouter ça. J'arrive donc chez-moi, après avoir foutu une sacré rouste au garçon sur Guilty Gear, et je lance l'album We are the Pipettes, les oreilles bien propres et grandes ouvertes.

Et le moins qu'on puisse dire, c'est que ça déménage. Ouais, je vous ai pas prévenu mais là, je risque de reprendre un vocabulaire des années soixante, j'ai pas le choix, c'est l'album qui veut ça. Revoyez le premier Retour vers le Futur pour vous mettre dans le bain, ça devrait suffire. Donc The Pipettes, c'est quoi ? C'est la rencontre de trois jeunes filles britanniques, Gwenno, Rose et Becky. Elles sont accompagnées de quatre musiciens, les "Cassettes". La pochette de l'album est d'ailleurs assez évocatrice, puisqu'on y voit les trois chanteuses en robe noire à pois blancs qui annonce tout de l'ambiance : on est en plein dans les années 60.

the-pipettes.jpgEt ce ne sont pas les 14 titres de l'album qui nous feront dire le contraire. Le disque s'ouvre sur "We are the Pipettes", un premier titre blindé d'énergie qui pose les bases de l'album, le tout sonne très 60's et rappelle les girls-band de l'époque, celles qu'on voyait dans les cabarets sans vraiment connaître leur nom. Sauf qu'ici, les paroles ont été un peu révisées pour qu'on en retienne une image plus agressive qu'à l'époque, où ça parlait seulement d'amours impossibles ("If you haven't noticed yet, we're the prettiest girls you've ever met"). Et ça continue pendant tout l'album, qui dégage la même énergie.

C'est assez rare que j'accroche à tous les titres d'un album. Mais là, ça se laisse écouter sans aucun problème, et en plus ça se retient très facilement. Autre chose que j'apprécie sur cet album, mais c'est un plus personnel, c'est que les titres soient très courts, tous inférieurs à trois minutes. C'est très con, mais ça permet surtout d'entrer dans le vif du sujet directement et de ne pas s'ennuyer avec des intros toutes plus longues qu'inappropriées. Et quand on ajoute à ça les performances vocales des chanteuses, qui en plus d'être charmantes ont des voix qui collent parfaitement à la musique entraînante, on a le parfait cocktail du disque à écouter le matin quand on arrive au bureau et qu'on n'a pas encore bu son café parce que le technicien passe trois heures devant la machine.

Bref, c'est du très bon, et en ce moment j'écoute ça en boucle, ou presque. et c'est inutile de vous préciser que je vous le conseille plus que vivement. Ça fout bien la patate le matin, et ça c'est appréciable. Ah, et pour vous inciter à regarder (et pour faire plaisir à mon référencement), je vous informe qu'il y a une femme nue dans ce clip. Regardez.

 

Publié dans Culture

Commenter cet article

Jean-Sébastien 03/12/2007 09:30

Excellent choix, j'adore aussi les Pipettes !

Onigiri 02/12/2007 03:23

Oui, enfin on va juste tenir compte du fait que je n'ai plus le jeu depuis un moment, et que ça doit donc faire deux ans que j'y ai pas joué sur PS2, hein ?La prochaine fois que je te vois, faudra que je penses à prendre le tout premier Guilty Gear, y a moyen de faire des furies à la chaîne et des combos infinis, il est bien craqué dans le genre. Et c'était avant qu'ils corrigent tous les bugs du jeu. Par contre, y a pas Slayer ni Zappa.

Pipomantis 01/12/2007 19:55

Tu ne m'as pas vraiment BATTU a Guity Gear.J'étais saoul, drogué, et le terrain était lourd. Qui plus est, mon chat venait de crever et t'es vraiment un connard.Si on compte JUSTE les Slayer/Millia, c'était serré.Connard.